L’automne, la saison idéale pour planter les arbres fruitiers

Arbres fruitiers Automne

Publi-rédactionnel

Planter un arbre fruitier est un acte important, pour le plaisir et la convivialité, la famille. Planté à la bonne période et bien choisi, il vous offre ses fruits généreusement, pendant de nombreuses années. Suivez le guide pour réussir vos plantations.

Tout le monde connait l’adage “à la Sainte Catherine, tout bois prend racine”. 

Et en effet, les arbres fruitiers plantés en automne sont déjà un peu enracinés au printemps suivant et redémarrent plus vite que ceux plantés plus tardivement.

Ils traversent donc plus facilement les chaleurs estivales, même si la précaution de mise la première année et l’été suivant, est tout de même d’arroser à intervalles assez réguliers lors des périodes sèches et de disposer un bon paillage au pied de votre arbre.

Le choix des arbres adaptés se fait selon différents critères, en commençant par le type de terrain ou de la place dont vous disposez.

Il existe des fruitiers nains qui peuvent se cultiver quelques années dans de gros bacs et des fruitiers poussant naturellement en colonne qui ne se taillent pas et prennent peu de place en largeur, comme les pommiers ‘Rhapsodie’, ‘Rondo’ et ‘Sonate’. 

Sinon, pour chaque type d’arbre fruitier, vous trouverez une variété adaptée à votre espace. Il existe par exemple des petits cerisiers comme ‘Early Van Compact’, ‘Moreau’, ‘Napoleon’ de taille moyenne comme ‘Jaboulay’, ‘Marmotte’, ‘Reverchon’ ou ‘Van’ et des plus grands, à l’image du précoce ‘Burlat’ ou ‘Hedelfingen’.

C’est important de bien choisir pour ne pas avoir à les tailler à outrance, ce que les cerisiers supportent d’ailleurs assez mal.

L’exposition de votre terrain oriente aussi vos choix. Un terrain bien exposé, au sud ou à l’ouest, abrité des vents froids, pourra abriter les espèces les plus exigeantes en chaleur comme l’abricotier et l’amandier par exemple. La présence d’un mûr peu hâter ou prolonger le développement de ces fruits, comme ceux du figuier, du pêcher. Évitez de planter dans les poches froides que constituent souvent les points les plus bas du terrain, zones de stagnations possibles des nappes de froid. Les pommiers et poiriers sont moins exigeants en terme d’exposition.

Certains arbres fruitiers produisent tout seuls, on les dit alors autofertiles. C’est le cas des abricotiers, griottes et cerises vraies comme ‘Belle Magnifique’, cognassiers, néfliers, pêches, brugnons et nectarines, de quelques poiriers comme ‘Doyenne du Comice’, de la plupart des pruniers.

D’autres fruitiers, pour bien produire, les arbres fruitiers peuvent avoir besoin d’une autre variété plantée à proximité ou dans le voisinage. Sachant que pour les variétés classiques, cela fonctionne souvent tout seul avec les plantations alentour. il y a aussi des espèces de fruitiers et variétés partiellement autofertiles, capables de produire seules, mais produisant plus avec leur partenaire, comme les châtaigniers, noyers, amandiers, nashi.

Il existe de bons pollinisateurs, capables de polliniser de nombreuses autres variétés, comme c’est le cas du Malus ‘Evereste’ chez les pommiers, l’amandier ‘Texas’, Cerisier ‘Hedelfingen’ et ‘Napoleon’, Noisette ‘Merveille de Bollwiller’, Noyer ‘Franquette’. Ces informations sont facilement disponibles sur le lieux de vente et étiquettes variétales, livres de référence comme le Guide Minier ou sur internet.

Choisissez bien sûr la variété produisant à la période qui vous convient, et plantez votre arbre au verger, comme arbre d’ombrage ou en compagnie d’arbres d’ornement pour quoi pas. Et régalez vous bientôt et pour de nombreuses années !

Silence, ça pousse © 2021 – C Because TV – France Télévisions
ALLIANCE SCP PARTENAIRES, 49 250 Beaufort en Anjou