Le lombricompost, c’est quoi ?

Main tenant du compost avec Vers rouges et Vers de fumier

Vous en avez déjà entendu parler ? La technique est à la mode. Mais en quoi consiste-t-elle vraiment ? S’adapte-t-elle à vos besoins ? Que permet-elle de recycler ? Faisons le point…

Appelé aussi « vermicompostage », le lombricompost est un système de compostage qui fait intervenir un type de ver de terre particulier, le ver rouge du fumier (Eisenia foetida). Dans la nature, ces petits lombrics de couleur rouge, ne dépassant guère 4 à 5 cm de long, vivent sous la couche de paillage, dans le premier centimètre de sol. Ils sont spécialisés dans le fractionnement des matières organiques humides. Très voraces, ils en consomment la moitié de leur poids par jour, voire davantage. Leur population peut doubler en 3 mois.

Décomposition expresse avec le lombricompost

Dans un lombricompost, la décomposition est rapide (3 à 6 mois) et sans odeur. Elle produit du compost, sorte de substrat très riche, à incorporer au terreau de vos jardinières fleuries par exemple (un tiers de lombricompost pour deux tiers de terreau), et du jus de compost (ou « thé de compost »), un liquide très fertile à employer comme de l’engrais liquide dilué dans l’eau d’arrosage. Dans un petit jardin de ville, sur un balcon, une terrasse et même en intérieur, c’est la meilleure technique pour recycler vos déchets organiques et fertiliser vos plates-bandes ou vos pots sans débourser un centime.

De l’humidité et de l’air

Pour digérer la matière organique rapidement, les vers rouges ont besoin d’une humidité constante, mais sans excès, et d’oxygène. Les lombricomposteurs du commerce sont conçus pour satisfaire à ces exigences. La plupart est constituée de plateaux superposés. Celui du bas, étanche, sert à récupérer le jus de compost qui suinte des matières en décomposition. Au dessus, se pose un plateau au fond percé de trous dans lequel on dépose un matériau qui retient bien l’eau (cartonnage, vieux journaux découpés en morceaux, feuilles mortes, fibre de coco…), puis quelques poignées de déchets de cuisine, coupés en petits morceaux et, à côté, les vers rouges achetés dans le commerce. Comptez 250 g de vers pour recycler les déchets d’une famille de 3 personnes. On pose un carton par-dessus avant de refermer le lombricomposteur avec son couvercle. Attendez environ 3 semaines avant de rajouter des déchets au rythme de 100 à 150 g par jour les 3 premiers mois, puis 200 à 300 g si tout se passe bien. Vous pouvez ajouter un nouveau plateau au-dessus du premier lorsque ce dernier est plein. Préférez un lombricomposteur muni d’un robinet à la base qui vous permet de récupérer facilement le jus de compost fertilisant.

Composteur

Les déchets qu’ils adorent

50 à 70 % de matières azotées : épluchures de fruits et de légumes, restes de culture en petites quantités, coquilles d’oeufs, marc de café, feuilles de thé ou de tisane infusées, feuilles mortes, vieux terreau de plantes d’intérieur…

30 à 50% de matières carbonées : sciure de bois, papier non imprimé, carton d’emballage, mouchoir en papier et essuie-tout, rouleau de papier toilette déchiré et carton haché, …

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


3 × 1 =