Citronnier

Le citronnier: capricieux mais généreux !

Le citronnier est l’espèce d’agrume la plus cultivée au jardin ou en bac. Pourtant, il est du genre capricieux, n’aimant ni le froid ni le vent. Vos efforts pour le satisfaire seront largement récompensés par une récolte presque continue et des fleurs au parfum enivrant.

Citrons, cédrats et Cie

Le citronnier (Citrus limon) est l’espèce d’agrume la plus répandue dans le monde. Probablement originaire de l’Asie du sud-est, il est cultivé en Égypte et en Irak depuis 700 après J.C. Ses vertus anti-scorbut ont beaucoup contribué à sa large diffusion aux quatre coins du globe car les marins en chargeaient les cales de leurs navires pour se maintenir en bonne santé grâce à leur vitamine C.

En France, sa faible rusticité (-4/-5°C) ne permet de le planter au jardin que sur le littoral de la Côte d’Azur, en Corse et dans des endroits très abrités de la façade atlantique. Appuyez alors votre citronnier contre un mur plein sud et palissez ses branches en éventail afin qu’elle ne se fassent pas d’ombre les unes les autres. Ailleurs, il doit être cultivé en bac afin de pouvoir l’abriter du froid en hiver.

Citron

De multiples atouts

Il fleurit et produit presque toute l’année, des fruits de taille moyenne, ovale, avec un mamelon caractéristique, à la saveur acide, légèrement amère. Sa peau fine, gorgée d’huiles essentielles, devient souvent lisse avec la maturité. Récoltez-les au fur et à mesure des besoins : à maturité, ils se conservent plusieurs mois sur l’arbre sans s’altérer.

Ses jeunes pousses joliment teintées de pourpres accompagnent sa floraison blanc rosé au parfum enivrant. C’est généralement un petit arbre qui ne dépasse pas 2,50 à 3 m. Le citron de Meyer, l’un des plus résistants au froid (-6/-7°C), est le mieux adapté à la culture en bac. Amateurs d’insolite, osez le citron panaché au feuillage marqué d’ivoire et aux fruits marbrés avant maturité. Les stries claires s’estompent à maturité.

Du doigté pour le cultiver

Plantez-le dans un sol bien drainant contenant une bonne proportion de sable (l’idéal: de 60 à 70 %), un peu d’argile (autour de 10 %) et le reste en limons fertiles ; en bac, employez un mélange de terre de jardin (plus ou moins argileuse), de terreau de feuilles et de sable grossier, à parts égales.

Prévenez la chlorose qui fait jaunir son feuillage en utilisant un engrais riche en magnésie, des apports de chélate de fer et des pulvérisations fertilisantes adaptées.

Taillez-le environ 4 à 5 fois entre mai et septembre : épointez les jeunes rameaux quand ils ont terminé leur croissance (feuillage épais et vert sombre). Les citrons sont généralement produits aux extrémités des jeunes branches.

Ne l’installez pas au salon pour l’hiver : il lui faut de la fraîcheur. Une température autour de 12 à 15°C maximum, dans une serre ou une véranda peu chauffée, vous garantira sa longévité en bac.

Ses cousins méconnus

LE CÉDRAT (Citrus medica)

Ses gros fruits (jusque 4 kg, 8 à 9 cm de diamètre et 25 cm de long), en forme de poire ou de gros citrons, quelquefois verruqueux, jaune pâle, ont une chair peu juteuse, amère et douce à la fois. C’est surtout le zeste qui est prisé pour son parfum (entre le citron et la bergamote). Récolte de novembre à février.

Cédrat

LA MAIN DE BOUDDHA (Citrus medica ‘Digitata’)

Main de bouddha

Cette variété de cédrat attire les curieux avec ses fruits divisés en doigts qui ressemblent à d’étranges mains divines d’où son nom. Très parfumé (une senteur entre l’orange et le citron), sans pulpe à la saveur plus douce que les autres cédrats, il est mis dans les armoires en Chine et au Japon, pour le même usage que nos bouquets de lavande. Récolte: novembre à février.

LE CITRON DOUX OU LIMETTE (Citrus limetta, C. limettoides)

Ses fruits, plus ronds, plus petits que le citron, n’ont presque pas d’acidité. Ils sont essentiellement consommés en frais comme boisson rafraîchissante, mais on peut le confire ou l’inclure dans des mets salés ou des pâtisseries. Récolte de novembre à mars.

LA BERGAMOTE (Citrus bergamia)

Son fruit est jaune à peau épaisse et lisse, un peu en forme de poire et de la taille d’une petite orange (de 80 à 200 g). Sa pulpe acide et très amère a peu d’intérêt gustatif. C’est surtout son écorce (fraîche ou confite) et son zeste que l’on emploie pour leur parfum puissant, floral, frais, poivré avec un zeste de lavande. Récolte de novembre à décembre.

Bergamote

LE CITRON CAVIAR (Metrocitrus australasica)

Il produit des fruits qui ressemblent à de gros cornichons à l’écorce verte, jaune, brune ou noire, très parfumée. Sa pulpe se compose de petites billes croquantes translucides qui lui ont valu son surnom. Un accompagnement original des poissons et fruits de mer à la saveur entre le citron et le pamplemousse. Plus frileux que les autres citrons (min. 5 à 7°C). Récolte d’octobre à décembre.

LE LIMETTIER (Citrus aurantifolia, C. latifolia)

Généralement appelé « citron vert », son fruit ressemble à un citron mais la saveur de sa pulpe, vert clair, est assez différente. L’écorce de ses fruits, lisse, très fine et adhérente à la chair devient jaune à maturité, mais il est préférable de les consommer encore verts. Récolte en mars.

LE COMBAVA (Citrus hystrix)

Appelé aussi « agrume porc-épic » à cause de ses épines, il produit des petits fruits (5 à 6 cm de diamètre), récoltés verts : c’est à ce moment qu’ils sont le plus riches en huile essentielle. Leur écorce grumeleuse et leurs feuilles sont gorgées d’huiles essentielles, au parfum rappelant la citronnelle. Récolte de novembre à décembre.

Combava

LE YUZU (Citrus junos)

Son fruit rond, jaune foncé a la taille d’une mandarine mais est beaucoup plus léger. A sa pulpe peu juteuse, on préfère son écorce épaisse au parfum très particulier pour donner du caractère aux plats asiatiques. C’est le moins frileux des citrons (min. -10 à -12°C). Récolte en novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux + 7 =